Je suis motard : 11 habitudes qui le prouvent

motards-moto-route-stop

Je suis motard : 11 habitudes qui le prouvent

1408 767 Toupourouler

Depuis la nuit des temps, les bikers ont développé des habitudes qui leurs sont propres. Ces dernières se sont transformées en normes avec le temps, au point qu’il est devenu possible de reconnaître un vrai motard grâce à ses us et coutumes.

Le motard, ce drôle d’oiseau

En soit, qu’est-ce qu’un motard ? Le commun des mortels nous dira qu’il s’agit d’une personne qui roule sur une moto. Soit. Mais qu’est-ce qui fait concrètement qu’un motard est un motard ? Ceux qui ont l’habitude de faire chauffer l’asphalte avec leur deux roues vous diront qu’un vrai biker va  adopte un mode de vie particulier. Un mode de vie qui est accompagné d’habitudes très spécifiques.

Voici donc une liste non-exhaustive des principales habitudes qui font de ces motards des êtres hors du commun.

Les habitudes liées à son environnement

Habitude N°1 : il a une analyse fine de son environnement

Le biker a une approche de la route différente des autres conducteurs. Sa manière de percevoir son environnement est unique en partie parce qu’il se sent moins confiné que les automobilistes et est plus proche de son environnement (et de la route). Il est donc davantage observateur et fait plus attention aux détails. Ça explique en partie le fait qu’il se retourne à chaque vrombissement de bécane lorsqu’il en entend une, ou encore qu’il regarde les pneus arrières des motos qu’il croise pour voir à jusqu’à quel point la bande de peur et le cal-pieds sont usés (afin de déterminer s’il s’agit d’un vrai motard).

Habitude N°2 : il n’est pas dérangé pas le trafic

Être un motard, c’est avant tout être relax sur la route. Pour adopter la forme de vie qui va avec le fait d’être sur une moto, il faut savoir rester simple. Une des grandes habitudes des motards, c’est bien évidemment de zigzaguer entre les voitures en heure de pointe. Les bouchons et les files interminables ne sont donc jamais une crainte, au contraire ! Et puis de toute manière, même lorsqu’il doit se garer, le biker à l’habitude de ne jamais avoir de problème pour trouver une place.

Les habitudes liées à ce qu’il dégage

Habitude N°3 : il a une communication particulière

Le motard à l’habitude de parler en signes pour communiquer avec ses compères rencontrés sur la route. Lancer des V de la main entre motards, c’est un peu le béaba lorsqu’on en rencontre. De même, il est habituel de remercier les automobilistes aimables du pied. En revanche, le signe de la tête est généralement privilégié en ville. Sinon les mains ne seraient jamais sur le guidon !

Habitude N°4 : il aime employer des expressions étranges

Lorsqu’on parle de « virolos » entre bikers, c’est évidemment pour parler des virages ! En revanche quand on parle de « stoopie », on sait pertinemment qu’il s’agit d’une figure complexe à réaliser. De nombreux mots s’emploient presque exclusivement dans le jargon des riders. Les utiliser est quelque chose de tout à fait habituel.

Habitude N°5 : il prend des photos à outrance

Se prendre en photo avec sa bécane, et accessoirement la mettre en photo de profil sur les réseaux sociaux est quelque chose de tout à fait normal, ce n’est pas un cas rare ! Telle une conquête avec laquelle on serait fier de se pavaner, la moto du biker est quelque chose dont il est forcément fier. Et il a l’habitude de le faire fait savoir ! Même si c’est parfois avec un peu d’abus…

Habitude N°6 : il a une dégaine très singulière

Le biker a pour habitude d’être singulier et différent dans la manière qu’il a de se vêtir. Il est normal pour lui d’avoir sa chaussure gauche complètement marquée, d’avoir des moustiques éclatés sur le blouson et son casque, mais aussi d’avoir une coiffure plus qu’étrange. Et cela sans parler de son habitude d’avoir un mélange d’odeur oscillant entre de la vapeur d’essence, du cuir et du gaz d’échappement !

Les habitudes liées à son style de vie

Habitude N°7 : il apprécie les sorties entre potes

Tout biker qui se respecte se fait une petite virée moto avec son groupe de potes de temps en temps. Il a donc pris l’habitude de ne perdre aucune occasion pour sortir rider avec ses amis, voire avec des inconnus. D’ailleurs, cette habitude transforme souvent une banale sortie en course super compétitive ! Mais il sait conserver une pratique sage de la conduite, avoir un comportement qui n’est pas dangereux pour les autres véhicules et ne pas rouler à 300 km/h…

Habitude N°8 : ne faire qu’un avec sa bécane

Parfois la vie, c’est compliqué. Tout bon motard sait se ressourcer avec son bolide lorsque les choses ne vont pas. C’est donc par habitude qu’il bichonne sa moto, qui fait partie intégrante de son être. Lorsque son moral est dans les chaussettes, partir faire de la moto et se perdre sur de longues routes est quelque chose de finalement très commun.

Habitude N°9 : profiter de la vie

Eh oui ! Les motards ont l’habitude de profiter, et c’est bien pour ça qu’ils ne conduisent pas de voiture. Vivre au jour le jour, profiter pleinement de la vue, comprendre le sentiment qu’ont les chiens lorsqu’ils laissent dépasser leur tête de la voiture ou encore prendre son pied en s’imaginant comme un des personnages de la bande dessinée « Joe Bar Team » est quelque chose de très habituel lorsqu’un motard roule à toute vitesse avec sa bécane.

Les habitudes liées à sa sécurité

Habitude N°10 : il se fait sermonner par les non-bikers

Tous les motards le savent : il faut s’accommoder des gens qui disent que faire de la moto « c’est jouer avec sa vie ». Ce n’est pas faux en soit. Cependant les bikers le savent très bien et n’ont nullement besoin de l’entendre quotidiennement, surtout par des non-bikers. Conduire à moto est un danger, et il le sait.

Habitude N°11 : il aime éviter de mourir

Il va sans savoir qu’être un motard c’est être sur un deux roues. Et qu’être sur un deux roues équivaut à ne pas avoir de carrosserie (ou plutôt, ÊTRE la carrosserie). Au delà d’une parfaite maitrise du code de la route et du respect des feux de signalisation par exemple, il a développé l’habitude d’être agile en toutes circonstances sur la route afin de ne pas avoir d’accidents : éviter les nids de poules est tout autant une habitude que d’insulter la pluie. Oui oui, le motard insulte la pluie.

Conclusion

Outre un certain nombre d’habitudes atypiques, le motard reste un usager de la route qui évite les risques au maximum. Il fait attention à la sécurité des piétons autant qu’aux automobilistes sur les voies routières. Il sait qu’il n’est pas seul au monde (et que son permis peut à tout moment sauter) et que la route est un bien commun qui se doit d’être partagé.

Laisser une réponse

    %d blogueurs aiment cette page :